Si on partait lire en ville ?

Relevé dans la Dépêche.201806091774-full

 » C’est scindés en deux groupes que les écoliers de la grande section maternelle de l’école Saint-Etienne sont partis à la découverte de la lecture, en ville, ce jeudi. Noëllie Caillard, en charge de la classe, s’en expliquait ainsi : «Beaucoup d’enfants entrent en CP sans avoir aucune idée de ce à quoi peut servir la lecture. Nous avons donc commencé un projet lecteur avec eux et Fabienne Rodg, une enseignante spécialisée qui intervient auprès des enseignants et des élèves en difficultés». A raison d’une dizaine de séances réparties durant l’année scolaire, «nous avons essayé de les aider à entrer dans la lecture à partir d’un questionnement simple : qu’est ce que lire, à quoi ça sert et qu’est-ce qu’on peut lire ?». A travers différentes activités telles qu’écouter une histoire, dessiner les personnages, l’intérêt de la lecture s’immisce progressivement, car lire c’est aussi se faire des images dans sa tête.

Enseignes publicitaires, noms de rue, menus…

C’est ainsi que pendant près d’une heure à partir de 15 h 30, les jeunes pousses ont déambulé depuis le pont de Cabessut jusqu’au centre-ville, s’arrêtant chaque fois que l’un d’entre eux repérait un signe, un écrit. Devant les véhicules avec leurs enseignes publicitaires et numéros de téléphone, aux carrefours et aux coins des rues (nom des places et des avenues, boîtes aux lettres), devant les échoppes et les restaurants et leurs menus, c’était à qui trouverait une indication nouvelle, une inscription différente. A ce jeu-là, Naïm, Raphaël, Krystal, Léa, Gabin ou Elise se sont empressés de répondre. »

Publicités